Archive | chetaibi

26 avril 2009 ~ 1 Commentaire

chetaibi et les clandestins

Chetaibi et le vieil homme, Chetaibi,dernière minute

Pour contrecarrer les réseaux criminels à Annaba
Une brigade des forces navales opérationnelle à Chetaïbi

Dans la perspective de protéger les richesses halieutiques, faire face au phénomène des harragas et lutter contre les narcotrafiquants, les forces navales ont décidé de la création, à Chetaïbi, d’une brigade maritime qui sera dotée de moyens adéquats pour cette délicate mission.

C’est ce qu’a révélé le lieutenant-colonel Cheriak Mahmoud, de la station maritime des garde-côtes de Annaba. Cette brigade maritime aura pour mission principale la protection de la flore et de la faune de cette partie du littoral de la Coquette ainsi que le renforcement de la lutte contre les narcotrafiquants et les réseaux de harraga. Aux yeux de beaucoup de riverains, la création de cette brigade vient à point nommé pour sécuriser le rivage de la commune de Chetaïbi, une localité qui a longtemps souffert des affres du terrorisme, du trafic de drogue, de la pêche sauvage et des réseaux de harraga.
Des patrouilles de contrôle en mer en permanence sont au menu de cette brigade le long du littoral allant de Skikda à El-Kala (El-Tarf) en passant par celui de Annaba. Autrefois, les quantités de drogue, en provenance principalement du plus grand pourvoyeur du monde en la matière, à savoir le Maroc, transitaient généralement par route à bord de camions. Constituée d’une multitude d’îlots, de criques et de plages d’échouage difficilement contrôlables, la côte de Chetaïbi, allant de la région de Aïn Barbar jusqu’au site de Sidi-Okacha, à la limite de la wilaya de Skikda, présente pour les gros bonnets de la drogue un important avantage. C’est une route maritime difficile à surveiller, surtout lorsqu’on sait que les trafiquants ne manquent pas de moyens comme des vedettes superpuissantes et la navigation par satellite. Aujourd’hui, les réseaux de cheminement des stupéfiants, notamment la cocaïne, ont aussi changé de stratégie. Ils considèrent que le phénomène des harraga, qui est en pleine expansion, est venu au “secours” des narcotrafiquants qui, en ramenant leur marchandise d’Amérique latine ou du Sud, en passant par certains pays africains, transitent au même titre que les candidats à l’émigration clandestine par les côtes de Annaba et d’El-Tarf ainsi que du côté de la ville tunisienne de Kilibia. Cette dernière, très proche de la Sicile, est connue pour être le lieu de prédilection des harraga africains. Selon des sources au fait de ce trafic, “c’est la mafia italienne qui gère d’une main de maître le réseau de passeurs en charge du transport de la “poudre blanche” de l’Algérie vers l’Europe. Et la saisie, au mois de juin 2007, par la Gendarmerie nationale, et pour la première fois en Algérie, de près de 8 kg de cocaïne (6,6 kg à El-Tarf et une autre quantité de 1,04 kg à Annaba), ne serait, aux yeux de nombreux enquêteurs, que “la partie visible de l’iceberg…”.
À cela, il faut ajouter le phénomène de l’émigration clandestine ou même des jeunes des pays africains sont de plus en plus signalés dans les parages, du moment où le littoral de Chetaïbi était pratiquement à l’abandon.
Sur un autre volet, celui de la protection de la faune maritime ; des pêcheurs et des amateurs de pêche à la ligne ont tenu à dénoncer le pêche sauvage. “En larguant tout au long du littoral de Tekkouche leurs filets de pêche à moins de cinq mètres du rivage, souvent en plein jour, certains marins pêcheurs semblent défier tout le monde et continuent de porter de graves préjudices à la faune et la flore. Même les prorogatives des petits métiers ont leur responsabilité dans cette situation. Ces derniers, appelés à larguer leurs filets à plus de 500 mètres au large, activent au grand jour à moins de 10 mètres seulement du rivage au niveau des plages d’échouage. Cette pratique est valable même durant la saison estivale”, accusent l’un d’eux. Célèbre pour ses richesses halieutiques, surtout en poissons blancs, le littoral de Chetaïbi fait l’objet depuis des années, en l’absence des pouvoirs publics, d’une surexploitation sauvage et anarchique. Aujourd’hui, plus que jamais, affirme-t-on, ce littoral est exposé à une calamité certaine si des décisions urgentes, allant dans le sens de protéger cette richesse, ne sont pas prises rapidement.

Pris de : chetaibi.free.fr

Lire la suite

26 avril 2009 ~ 2 Commentaires

Chetaibi

Chetaïbi (Herbillon)  (CHETAIBI,MON PARADIS) posté le mercredi 25 mars 2009 09:58

Chetaibi et le vieil homme, Chetaïbi (Herbillon)

Chetaïbi

est un petit port de pêche situé à environ 70 Km à l’ouest d’Annaba. Cette perle du littoral, créé en 1891, semble sommeiller au creux d’une baie profonde. La population, toujours aussi chaleureuse et accueillante, vit à son propre rythme, loin de ses voisins citadins, derrière les murs naturels que forme le massif de l’Edough. Cette charmante localité fut tour à tour nommée Tacatua dans l’antiquité, Takouche par les conquérants Arabes, Herbillon par les Français et enfin Chetaïbi après l’indépendance. « Mers Takouche, port bien abrité, où l’on voit un grand nombre de villages. La montagne qui l’avoisine abonde en fruits et tous les biens de la terre. » (Citée par El Bekri, 1068). Réputée pour ses plages « aux sables d’Or » et ses calanques où foisonne une vie aquatique particulièrement riche et variée, Chetaïbi est, sans aucun doute, la plus belle station balnéaire située sur le littoral occidental d’Annaba. Sa fameuse « baie ouest », où se mêlent verdure et bleu lagon, passe pour être l’une des plus belles d’Algérie.

Bien que rattrapé par le béton et les constructions anarchiques, le petit village bâti en gradin, a conservé son cachet d’antan : la corniche, le petit port, la jetée, les barques et les filets de pêche sur le sable, les forêts d’eucalyptus, de pinèdes et de chênes, les fleurs de champs parfumées, la « fontaine romaines » (aujourd’hui disparue), la blanche coupole qui veille sur le cimetière, les criques de galets, les centres de colonies de vacances, les fameuses soupes de poissons « Chez Lolo » (Charles ZURLI) qui a fait la fierté du village (restaurateur pied-noir et enfant du pays aujourd’hui disparu et enterré au cimetière Européen du village), tels sont les ingrédients qui singularisent le charme de Chetaïbi ou plutôt Herbillon pour les anciens.

Outre la pêche, le granite constitue une autre ressource naturelle très abondante dans la région. Ce minerai qui a fait la fortune d’Herbillon a longtemps été exploité comme nous le témoigne l’ancienne carrière béante au cœur du village telle un énorme cratère. Certaines chaussées de Chetaïbi ainsi que celles d’Annaba sont revêtues de pavés provenant de cette carrière (voir les pavés qui recouvrent encore de nos jours toute la chaussée de l’avant-port à Annaba ou bien le vieux banc en granit qui se trouve sur le Cours près de l’Hôtel de ville). D’autres chaussées de grandes villes de France et même de l’étranger ont été garnies de ce granit particulièrement résistant. 

Au cours de l’assemblée générale tenue du 4 au 9 octobre 2006 au siège de l’Unesco à Paris, la baie de Chetaïbi a déposé sa candidature pour rejoindre le « Club des plus belles baies du monde ». La sélection des sites candidats doivent répondre à certains critères tels que faire l’objet de mesures de protection, disposer d’une faune et d’une flore intéressante, disposer d’espaces naturels remarquables et attractifs, être connue et appréciée sur le plan local et national, avoir un certain potentiel économique… L’exposé de Chetaïbi à l’Unesco était présenté en ces termes : « Il y a une absence quasi-totale de toute source de pollution (10 voitures dans le village !), pas d’agression industrielle. La protection des abords de la baie est importante en terme de développement durable. Les constructions nouvelles sont très cadrées ainsi que les nouveaux équipements touristiques ». La baie de Chetaïbi sera retenue après visite du site et vote des membres (de source officielle, le résulta devrait être connu dès le printemps 2007). Le Club des plus belles baies du monde est une association internationale créée le 10 mars 1997 à Berlin, dont le siège est à Vannes (France). Il regroupe quelque 25 pays et a pour objectif principal de rassembler et promouvoir les baies et golfes parmi les plus prestigieux du monde (http://www.world-bays.com). Finalement, d’après le Club, la visite à Chetaïbi n’a pas eu lieu… Par conséquent, la candidature a été rejetée.

Remerciements à Kamel: Site,annaba.net.free.fr

Annaba et sa région

Lire la suite

26 avril 2009 ~ 5 Commentaires

Chétaibi…un village

244528080923124306.jpg

    Chétaibi,tacatua,tekouch,herbillon

   Un golfe presque inconnu,parmi les milles golfes de la pitorresque,de l’étrange terre algérienne.

   Des montagnes,plongeant à pic dans la mer,amorcent la baie;les rives,longtemps,sont déchiquetées;les roches,superposées,les forets de chenes-liège,denses et desertes.

   Puis une dernière montagne forme toile-de-fond,à l’ouest,tandis qu’en face d’elle,la mer ouvre grand l’horizon,sur le soleil levant.

   Couché sur les dernières pentes de la montagnes proche,qui s’amenuise en coteaux couverts d’oliviers,le village se pelotonne,au nord dans un incroyable nid de verdure tropicale !

 

(Marcelle Weissen-Szumlanska-l’ame archaique de l’afrique du nord-1933)

Lire la suite

OVNI: L'enquête du phénomène. |
Par Curiosité / By Curiosity |
michelnet |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Louis BLARINGHEM et l' A...
| Mon cours de français
| essai09